The Cruel Sport – Grand Prix de 1959 à 1967 – Robert Daley

Edité en 1963, cet ouvrage tient une place importante dans ma collection. Mon exemplaire est très défraîchi tellement je l’ai feuilleté. Ce livre est l’un des rares à témoigner ce qu’était l’univers des Grands Prix dans les années 60 : les pilotes (Gendebien, Moss, Clark, Gurney, Hill, Bonnier, Brabham, Ginther, Rodriguez, Brooks, Trintignant, Surtees, Ireland …), les constructeurs, les motivations, les épouses, la peur, les victoires et les accidents…

C’était une ère de pilotes audacieux et fringants qui pilotaient des voitures de course incroyablement puissantes et légères sur des circuits rapides et légendaires. Leurs voitures de courses pesaient moins de 500 kg pour 150 chevaux pourvues de chassis tubulaires calculés au plus juste et de pneus à peine différents de ceux des voitures de série de l’époque et avec seulement un équipement de sécurité vraiment primitif pour leur éviter une catastrophe. Comme je l’avais écrit en introduction, le livre s’articule en rubriques couvrant les pilotes, les voitures, les usines, les séances d’essais, les courses de jour de course et, inévitablement, les accidents. Le texte en anglais est incroyablement accessible et convaincant, comme on pourrait s’y attendre d’un écrivain de classe internationale. La mise en page, le noir et blanc très chargé en noir donc dramatique et le cadrage des photos nous plongent bien dans les années de la publication (1963). 

Un livre d’époque rare qui ravira les amateurs de course des années 60, par la qualité du contenu et la force de son témoignage.

Klementaski : Master Motorsports Photographer


À présent, vous m’avez entendu vanter maintes et maintes fois la nécessité d’exposer les trésors indicibles de la photographie de sport automobile qui ne sont pas découverts dans les sous-sols et les placards du monde entier. L’idée même qu’il y a des milliers de diapositives photographiques inaperçues dans leurs carrousels empilés sous de vieux babioles touristiques ou des perruques oubliées me rend absolument fou. En exprimant mon désir de voir plus de photos de course inédites, j’ai souvent décrié la pratique paresseuse de simplement publier les mêmes images bien connues encore et encore. Étant donné cette histoire, vous vous attendriez probablement à ce que je ne sois pas dérangé – voire offensé – par cette collection de photographies de Louis Klementaski. Après tout, y a-t-il un photographe de course qui a été plus largement publié que Klementaski? Par cette seule mesure, vous devriez croire que je détesterais ça, droite? Droite? Tu aurais tort.

Appelez-moi incohérent, mais dans le cas de Louis Klementaski, il y a une très bonne raison pour laquelle nous avons vu certaines de ses images encore et encore. En parcourant le volume de Paul Parker, Klemantaski: Master Motorsports Photographer , je suis tout aussi heureux de voir ces images emblématiques que de voir des exemples peu publiés de son travail. Ce texte porte bien son nom. Pouvez-vous penser à un autre photographe de sport automobile plus digne du surnom de «Master Motorsports Photographer»? Je vous soumets qu’il n’y en a pas. Certes, son travail est au-dessus même des plus grands photographes de sport automobile, peut-être même surtout de la photographie de sport.

Quand je vois des images comme sa photo de Norman Wilson pilotant une ERA R4A à Brooklands en 1939 (page 54), il est facile de voir pourquoi il a été qualifié de meilleure photographie de course jamais prise. Vous pouvez simplement imaginer un jeune Louis assis dans le coin intérieur regardant à travers le viseur de son Leica tandis que Wilson regarde devant lui et dans sa ligne de course. L’émotion de la prise de vue est plus que du bonbon pour les yeux, c’est sans aucun doute un art aussi élevé que n’importe quelle photographie.

Klementaski est tellement associé aux teintes chaudes en noir et blanc capées à travers l’objectif de son appareil photo Leica ou Box Brownie ou Ermanox Press qu’il est presque choquant de voir son travail en couleur, certains dès 1938. Chaque photographie a une légende associée qui aide racontez l’histoire de l’époque, du pilote, de la course et de l’histoire environnante. C’est ici que ma seule vraie plainte concernant le volume est mise en évidence. Bien que j’apprécie ce contexte pour le sujet de la photo, je souhaite qu’il y ait plus d’informations sur l’artiste dans ces légendes. Il est bon de savoir, par exemple, qu’Ascari se préparait pour une course déjà difficile quand la pluie a commencé à tomber – mais ce que j’aimerais le plus serait d’en savoir plus sur la façon dont Klementaski a capturé cette image, quel équipement a été utilisé à chaque prise de vue .

Cependant, chaque chapitre contient des informations vitales sur Louis Klementaski et sa relation avec la course à l’époque discutée. J’aime particulièrement la validation de sa part pour le même sens que j’ai souvent ressenti en regardant la photographie de course plus tard. Alors qu’il commençait à s’éloigner de la photographie de course, il décrit sa désillusion avec le monde de la course: «Plusieurs autres facteurs ont contribué à ma décision: plus les pilotes sont devenus horizontaux dans leurs voitures, moins on pouvait les voir et donc ses photos devenaient plus impersonnel. La grande déception, cependant, s’est avérée être la restriction progressive des points de vue accordés au photographe, ce qui a retiré le plaisir du travail… »Cela ne fait que renforcer ce que je pense depuis longtemps de Klementaski: ce n’était pas un photographe de course, c’était un artiste de portraits qui a réussi à capturer le portrait d’un pilote de course dans les circonstances les plus difficiles possibles. Les plus fortes de ses photographies ont toujours capturé le visage du pilote avec tant de beauté et avec une telle intention que la course environnante est devenue presque accidentelle.

Il s’agit d’un volume fantastiquement assemblé de certaines des meilleures photographies de course jamais capturées. Si vous n’avez qu’une seule place sur votre table basse; un seul livre que vous pouvez signaler à vos invités, les ouvrir à n’importe quelle page et mieux comprendre votre obsession de la course; vous ne pouviez pas faire mieux que Klemantaski: Master Motorsports Photographer .

https://www.thechicane.com/

Gil Cohen, aviation artist

Introuvable en France, j’ai reçu directement des Etats Unis ce très beau livre d’illustrations de Gil Cohen. Même si cet ouvrage est d’occasion son contenu reste malgré tout pertinent. Cet artiste peintre fait partie du petit groupe d’illustrateurs spécialisés dans le domaine de l’aviation et de l’automobile. Je partage avec vous cette perle.

Gil Cohen a eu une longue carrière en tant qu’artiste, illustrateur, enseignant et peintre historique.

Cohen, après avoir étudié auprès d’illustrateur et auteur de renom, Henry C. Pitz et de l’artiste de combat de la Seconde Guerre mondiale, Albert Gold, a obtenu son diplôme de la Philadelphia Museun School of Art (maintenant l’Université des Arts) en 1953. Des années plus tard, Gil y est retourné pour enseigner dessin de figures, anatomie et illustration de 1966 à 1986, puis président du programme d’illustration des études continues.

Avant de commencer sa carrière artistique, Gil a passé deux ans dans l’armée. Pendant ce temps, il était stationné à l’extérieur de Francfort, en Allemagne de l’Ouest, en tant qu’artiste du 513th Military Intelligence Group, US Army Europe, au plus fort de la guerre froide.

La carrière principale de Cohen a été celle d’un illustrateur et peintre indépendant de sujets historiques. Les clients au cours de cette période de 50 ans et plus ont inclus: The US Information Agency, The National Park Service, Paramount Pictures, Bantam books, Harlequin Books, Random House, Holt Rinehart & Winston, Warner-Lambert, The US Coast Guard, The National Guard Bureau et Boeing & Sikorsky Aircraft Companies.

L’intérêt passionné de Gil Cohen pour l’aviation a commencé quand il était jeune pendant la Seconde Guerre mondiale. Gil est devenu assez compétent pour identifier les nombreux types d’avions qui ont survolé la région de Philadelphie où il est né et a grandi. De nombreuses années plus tard, il a pu mêler trois de ses intérêts profonds (peinture, histoire et aviation) et a continué à produire sa superbe série de peintures représentant des scènes des activités de la Huitième Force aérienne pendant la Seconde Guerre mondiale. L’emphase de Gil dans cette série n’était pas seulement de représenter un moment précis de l’histoire, ainsi que des avions réels, mais surtout, l’élément humain; c’est-à-dire la tâche humaine à accomplir, les émotions ressenties et l’énergie libérée.

Les peintures à l’huile originales de la série basée sur la huitième armée de l’air américaine pendant la Seconde Guerre mondiale sont dans des collections privées à travers le monde. Les reproductions en édition limitée de cette série sont commercialisées dans le monde entier; dont certains sont épuisés et ne sont disponibles que sur le marché secondaire.

Une exposition personnelle de peintures d’aviation de Gil Cohen, y compris la célèbre série Eighth Air Force, a été exposée au Mighty Eighth Air Force Heritage Museum à Savannah, en Géorgie, de décembre 1988 à mai 1999.

Cohen, artiste boursier, ancien vice-président et ancien président du comité des expositions de l’American Society of Aviation Artists (ASAA), remplit actuellement la chaire du fondateur Ren Wicks de l’ASAA. Cohen est quatre fois lauréat du «Prix de distinction» des expositions avec jury de l’ASAA ainsi que de l’ASAA Service Award en 2007. Il est également le récipiendaire du «Best of Show» de la British Guild of Aviation Artists par un artiste américain et le Prix ​​«Best of the Best» parrainé par Aviation Week & Space Technology Magazine. Cohen a dirigé des ateliers d’artistes sur le thème «La figure humaine dans la composition picturale» pour l’ASAA.

Les peintures de Gil Cohen ont été exposées à la New York Society of Illustrators, aux sites des champs de bataille de la guerre civile des parcs nationaux d’Appomattox Court House, de Gettysburg, de Mannasas, de Chickamauga et de Petersburg, au Kosciuszko Museum et à l’Art Alliance de Philadelphie, au Kennedy Center de Washington. , DC, le Colorado Springs Fine Art Center, le Royal Air Force Museum de Londres, le US Air Force Museum de Dayton, ainsi que le Mighty Eighth Air Force Heritage Museum.

Pendant plusieurs années, Cohen a siégé au conseil d’administration de la société des illustrateurs de New York, qui préside le programme des services gouvernementaux qui supervisait le programme artistique de l’Air Force. Dans ce rôle, il avait envoyé de nombreux artistes à travers le monde pour représenter la mission de l’US Air Force. Ses propres voyages avec l’armée de l’air l’ont amené dans des endroits comme la Bosnie déchirée par la guerre, la Somalie, l’Asie centrale et Israël. Les peintures générées par ces voyages sont données au programme d’art de l’US Air Force. Une peinture de Cohen, représentant le transport aérien de fournitures militaires en provenance des États-Unis vers Israël pendant la guerre de Yom Kippour de 1973, a été présentée au musée de la base aérienne de Douvres lors de cérémonies en octobre 1998, commémorant le vingt-cinquième anniversaire du Yom Kippour Guerre.

En juillet 2005, une réception des empreintes de l’aviation de Cohen a eu lieu au Duxford Flying Legends Air Show en Angleterre. Les invités qui ont signé les tirages de Cohen comprenaient 22 vétérans de la Seconde Guerre mondiale de la Royal Air Force. Une autre réception à Duxford a eu lieu l’année suivante avec des vétérans de la RAF Pathfinder et d’anciens membres du célèbre Eagle Squadron.

En 2007, Cohen a reçu le prestigieux Lifetime Achievement Award in Art de la Central Bucks County Chamber of Commerce.

Le studio de Gil Cohen est situé dans la maison qu’il partage avec sa femme, Alice, dans le quartier historique de Doylestown, dans le comté de Bucks, en Pennsylvanie.

  • Relié : 160 pages
  • Editeur : Boston Mills Press (1 janvier 2009)
  • Langue : Anglais
  • ISBN-10 : 1550465120
  • ISBN-13 : 978-1550465129
  • Dimensions du produit : 25,4 x 1,6 x 25,4 cm

Sports Car Racing in Camera 1950—59

Avec un titre qui comprend l’expression « in Camera », vous vous attendriez à ce que cet ouvrage de Paul Parker augmente et diminue avec la qualité des photographies; s’appuyant peut-être sur des images classiques ou emblématiques pour raconter les histoires familières des courses de voitures de sport d’après-guerre. L’auteur souligne presque par excuse que, par simple disponibilité, la photographie couleur de l’époque n’était pas assez largement adoptée pour raconter l’histoire uniquement à travers des prises de vue en couleur. Le manque de couleur dans les premières années ne fait pas mal du tout, et la photographie est en effet merveilleuse. Mieux encore, l’auteur n’a pas simplement fait preuve de prudence et a plutôt retouché de nombreuses photos trop connues de voitures et de chaussures de sport étoiles en vue de mettre en évidence l’ampleur des voitures et des pilotes en compétition dans cette époque glorieuse. C’est pour cette raison que nous voyons Skodas et Rileys et DB Panhard dans une représentation merveilleuse ici aux côtés des Ferrari et Aston et Jag plus familiers. Ces OSCA sont magnifiques, n’est-ce pas?

Avec les sélections de photos judicieusement choisies et présentées. Comment alors élaborer au mieux l’histoire autour de ces instantanés? L’approche typique consiste à écrire une prose remplie de statistiques que presque tous les lecteurs sauteront et couperont directement aux visuels. Mais c’est ici que le livre de Paul Parker passe du bon au grand… Maîtrisé même. La quasi-totalité du texte correspond aux légendes des photos. Plutôt que de simplement identifier le conducteur, la voiture et la course et continuer. Parker souligne en détail l’histoire de fond de la photo, le récit de la course, des détails mineurs d’intérêt en arrière-plan. Ce sont ces détails et cette méthode de narration qui rendent les courses de voitures de sport à huis clos 1950—50 si sanglantes. Observer les petits détails sur la photo, et inviter le lecteur dans l’histoire à travers eux m’a investi dans l’histoire de la photo bien plus que je ne le pensais une simple photographie. Lorsque Parker attire mon attention sur une boîte de noir de pneus sur le sol de l’atelier, la couleur inhabituelle d’un costume de conducteur, le tourbillon d’activité dans les stands, je deviens un observateur plus actif de la photographie et je deviens plus enraciné au moment et au lieu de l’événement.

Ce merveilleux dispositif de narration fait que le livre de Parker ressemble très peu à feuilleter un livre de table basse et très semblable à feuilleter l’album photo personnel d’un ami bien informé vous régalant d’histoires de grands exploits d’un point de vue personnel. C’est une sensation étrange, mais les sentiments que j’ai ressentis en lisant le livre ressemblaient beaucoup plus à la sensation que j’ai de lire une fiction bien conçue que de ce qui aurait trop facilement pu être juste un autre livre de référence.

Le livre n’est pas complètement dépourvu de faits et de chiffres, chaque année se termine avec les principales équipes, les pilotes et les résultats des grands événements de l’année – généralement centrés sur le championnat du monde des constructeurs de voitures de sport, qui ne faisait que se former en 1953. Le solde, bien que , est telle que la course, telle que racontée à travers ces photos et légendes, est beaucoup plus sur les histoires de l’époque que sur qui a gagné ou quel était son temps au tour. Cet équilibre est généralement une occasion manquée, les livres devenant soit un almanach de statistiques, soit l’interprétation d’un auteur des événements. Parker a fait un travail magistral en fournissant juste assez de faits et de chiffres pour sauvegarder les légendes des photos.

Je vais conclure : les courses de voitures de sport de Paul Parker In Camera 1950—59 est certainement l’un de mes livres automobile préférés de l’année, et peut-être de ces dernières années. Je le recommande vivement même aux fans les plus exigeants des courses de voitures de sport anciennes. Cela vaut vraiment la peine d’être commandé. Quelqu’un vous remerciera certainement grandement pour ce cadeau.

Car racing 1966

Dans un précédent post j’avais fait l’apologie de Car Racing 1965, pour la suite Car Racing 1966 rien à dire de plus … c’est du petit lait pour qui aime les sports mécaniques, les belles images en noir et blanc et est sensible à la qualité de l’impression et du façonnage. Peut être un prochain RDV pour 1967 ?

EAN: 9782702211014
07/03/2019
216 pages
relié

Source Editions Cercle d’Art